Auchan hors de Touba, était le mot d’ordre lancé par les commerçants de Touba l’année dernière, lors des préparatifs du Magal de Touba 2021. Ce qui avait contraint Auchan à retirer ses installations après avoir fait un investissement à hauteur d’une vingtaine de millions de francs.

Mais au regard de ce qui s’est passé dernièrement, avec la spéculation sur l’oignon entretenue par des commerçants véreux et soucieux uniquement de leurs propres intérêts (ce n’est pas la première fois), il y a lieu de s’interroger sur les réelles motivations de ces derniers et leur désir funeste de combattre l’installation d’Auchan à Touba. L’impunité étant la meilleure manière d’encourager la récidive, ce qui se passe à Touba, dans le commerce, est inacceptable.

Ce n’est pas une grande première, les commerçants à Touba, ou certains d’entre eux, ont la mauvaise réputation de priver les populations de certaines denrées de première nécessité à chaque approche des grands événements en «thésaurisant» certaines denrées de première nécessité pour simuler leur rareté avant de les faire sortir pour démultiplier le prix.

Lire aussi  Touba : Début des activités du Centre Hospitalier National Cheikh Ahmadou Khadim

On comprend aisément que le marché de par sa flexibilité, amène à faire appliquer des prix différents de ceux homologués, mais qu’ils soient inscrits dans les limites du rationnel. Une augmentation unilatérale et sans fondement véritable du kilo (jusqu’à 2000 frs le kg) de l’oignon, qui dépasse largement les bourses des populations, est juste cynique, ce n’est pas de la plus-value, encore moins un bénéfice, mais de l’usure.

Voilà de quoi sont capables ces commerçants qui n’ont aucune gêne à infliger aux populations de Touba de telles pratiques odieuses. Des gens qui n’ont aucune notion de patriotisme économique, alors qu’ils ne payent ni taxes, ni redevances comme ailleurs. Si Auchan est accusé à tort ou à raison de faire du dumping ou de la concurrence déloyale pour faire disparaître certains petits commerces, il n’en demeure pas moins vrai que la population y trouve son compte, surtout dans les moments où elle est confrontée à des dépenses énormes, en période de Magal, d’où la pertinence de l’existence d’Auchan à Touba. Aujourd’hui, les faits montrent à suffisance que la multinationale française affiche un visage beaucoup plus humain, comparée à nos opérateurs économiques locaux qui ne font que contraindre les populations à acheter plus cher.

Lire aussi  Touba : recrudescence des cas de paludisme

C’est une pratique indigne, alors qu’ils peuvent s’organiser pour faire mieux qu’Auchan, en créant des grandes surfaces à l’image de Carrefour, Auchan… Mais non, chacun préfère rester dans son petit coin pour tirer son épingle du jeu, sur le dos de pauvres Goorgorlus. Il faut que l’Etat soit beaucoup plus présent aux côtés du Peuple afin de diminuer leur souffrance face à ces pratiques, de ne point s’inscrire dans une logique de réaction, mais plutôt d’anticiper sur les données du marché de sorte que l’offre ne puisse pas atteindre des proportions démesurées face à la forte demande. S’il faut dégager Auchan, pour nous laisser avec ce mercantilisme inhumain, alors nous réclamons vivement qu’Auchan revienne à Touba.

Babou BAMBA
baboubamba@gmail.com