A quelques heures du Magal de Touba, l’approvisionnement de la ville en eau reste la principale préoccupation. Si le ministre de l’Intérieur estime que les besoins de l’évènement ont été satisfaits à plus de 96%, le porte-parole du khalife des Mourides est conscient que l’eau va manquer à cause du réseau de distribution trop vétuste.

Les assurances du ministre de l’intérieur

A quelques heures du Magal de Touba, le ministre de l’Intérieur s’est montré rassurant. Pour lui, plus de 96% des besoins exprimés par le Comité d’organisation du Grand Magal de Touba ont été satisfaits par les autorités. Il dit : «Sur 137 besoins exprimés par le Comité d’organisation, l’Etat a satisfait 133 besoins à ce jour, soit un taux d’exécution de plus de 96%», affiche-t-il.

Le ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique a présidé hier une réunion d’évaluation des préparatifs de l’édition 2022 du Grand Magal, en présence du président du Comité d’organisation, Serigne Bassirou Mba­cké Abdou Khadre, porte-parole du khalife des Mourides. «Cela, nous le devons à l’engagement de tous les services de l’Etat, mais également à la bonne et franche collaboration des membres du Comité d’organisation», a-t-il ajouté. «Nous sommes à moins de 24 heures du Grand Magal et pour ce qui reste des 4% des engagements de l’Etat non satisfaits, cela fera l’objet d’un suivi précis», a-t-il assuré.

Lire aussi  Route Touba-Dahra : Un 4X4 avec des élèves à bord se renverse et fait 1 mort et plusieurs blessés

Par contre, il réside encore la crainte liée à l’approvisionnement en eau, en dépit de la mise en service de quatre nouveaux forages à Touba. Quid des inondations ? Le ministre de l’Intérieur insiste sur l’augmentation des moyens de pompage, qui a permis de rendre secs certains sites.

Les inquiétudes de Touba

En écho, le porte-parole du Khalife général des Mourides, Serigne Bassirou Abdou Khadre Mbacké, a insisté sur les moyens déployés par l’Etat pour soulager les pèlerins et les populations de Touba. Il de­mande aux populations de prendre en compte la possibilité que l’eau puisse manquer à cause de l’état défectueux du réseau de distribution. «Compte tenu de l’état défectueux du réseau de distribution, il est clair que le manque d’eau va se poser au cours de ce Magal», explique-t-il.

Il ajoute : «J’invite les populations à prendre cela en compte, à le prévoir. Pour arriver à la tenue d’un Magal sans difficulté d’approvisionnement en eau, il faut qu’on répare entièrement le réseau de distribution. Et ce n’est pas un petit travail. Ce travail demande beaucoup de moyens. Il y a eu des avancées notoires, mais les solutions définitives au problème d’approvisionnement en eau de Touba ne sont pas à l’ordre du jour.»

Selon le porte-parole du Khalife général des Mourides, la ville de Touba a atteint ses limites en termes d’implantation de forages. «Or, tout le monde sait que le réseau de distribution d’eau (…) n’est pas dans un bon état même si les travaux de réhabilitation ini­tiés sur le réseau sont en avance et sont conduits à un rythme satisfaisant», dit-il. Quid du paiement des factures des forages de la commune de Touba ?

Lire aussi  Touba Darou Marnane : le bassin est déjà débordé d'eau

«L’Etat est en train de prendre en charge à coût de milliards, les factures d’eau des forages. Donc, plus on a de forages, plus le montant des factures augmente», enchaîne-t-il en réponse à ceux qui disent que «les populations de Touba ne paient pas les factures d’eau».

Il faut savoir que le Magal, célébré en souvenir du départ en exil au Gabon, du fondateur du Mouridisme le 12 août 1895, pendant la colonisation française, est prévu demain. Plu­sieurs millions de personnes affluant de tous les coins du pays et du monde sont attendues dans la cité religieuse.