Contrairement aux vœux du Khalife général des Mourides, Cheikh Mountakha Mbacké, de voir l’édition 2022 du Magal de Touba se dérouler dans les meilleures conditions, les millions de pèlerins risquent de célébrer ce grand évènement religieux avec de sérieuses difficultés du fait d’une pénurie d’eau grave durant 72 heurs. A l’origine, le maintien du mot d’ordre de cessation de travail de 72 heures, du 15 au 17 septembre 2022, des travailleurs prestataires de l’hydraulique rurale du Sénégal. Cela risque d’impacter le fonctionnement de plus de 2000 forages sur l’ensemble du territoire national particulièrement dans la ville de Touba. Les grévistes, qui réclament des «contrats de travail», dénoncent «les lenteurs notées dans notre intégration dans la Fonction publique».

Grève du 15 au 17 septembre 2022

Du 15 au 17 septembre 2022, la soif va s’emparer d’une bonne partie du pays, en particulier du monde rural. Le Collectif des 112 travailleurs prestataires de l’hydraulique du Sénégal présents dans 17 brigades de l’hydraulique au niveau national, dans le cadre de son troisième plan d’actions, a décrété trois jours d’une grève générale, qui impactera gravement le fonctionnement de plus de 2000 forages couvrant les localités de Louga, Tambacounda, Kaolack, Ndioum (Saint-Louis), Matam, Linguère, Touba, Ziguinchor, Thiès, Sédhiou, Kolda, Fatick, Diourbel, Kédougou, Goudiry et Ranérou.

Le Secrétaire général du collectif, Babacar Ly, et ses camarades regrettent déjà «les conséquences de cette grève générale qui seront dures pour les populations dans les zones rurales en général et celles des zones urbaines en particulier. Surtout nous risquons de priver gravement d’eau des millions de pèlerins durant le Magal de Touba, ce avec des conséquences désastreuses. Nos camions citernes, qui approvisionnent régulièrement durant cette période tous les coins et recoins de la ville sainte, seront à l’arrêt durant la grève».

Lire aussi  Touba : les députés de Wallu rassurent la population

Notre recrutement dans le programme «Xëyu ndaw yi» n’est pas encore une réalité

Les travailleurs prestataires de l’hydraulique situent les motifs de ce mouvement d’humeur autour de trois points : «l’absence de suite du dépôt de nos dossiers de demande d’emploi dans le programme «Xëyu ndaw yi» comme demandé», «l’absence de réponse relative aux questions formulées sur les modalités de recrutement des membres du collectif dans cedit programme» et «le recrutement clientéliste, donc par complaisance, d’une vingtaine de chauffeurs de camion-citerne sans qualification, par les services du ministre Serigne Mbaye Thiam, sans aucun mérite, alors que pendant ce temps-là, des chauffeurs qualifiés en notre sein attendent leur recrutement depuis des années».

Babacar Ly et ses camarades pensent que «ce genre de pratiques indécentes de la part de certains collaborateurs du ministre Thiam doit cesser, afin que les recrutements se fassent dans la transparence». Ils rappellent au ministre de l’Eau et de l’assainissement, Serigne Mbaye Thiam, que «depuis déjà plusieurs mois, nous avons déposé le courrier de nos dossiers d’emploi individuel dans votre ministère, mais nous sommes toujours dans l’expectative. Notre recrutement dans le programme «Xëyu ndaw yi» n’est pas encore une réalité. Nous avons fait tout ce que vous nous aviez demandé dans les délais. Et depuis, nous vous avons adressé des lettres de demande qui sont jusqu’ici restées sans suite. Ce comportement est à déplorer de notre tutelle. Nous savons que beaucoup de ministères ont fini de prendre leur quota dans ledit programme, nous ne comprenons donc pas les raisons de cette léthargie».

Lire aussi  Khalifa Sall, Bougane Gueye Dany... au Magal Darou Khoudoss

Malgré les instructions du Président Macky Sall, depuis le 19 janvier 2021…

Aussi de poursuivre : «Monsieur le ministre, dans votre courrier référencé comme suit : N°000120/MEA/DC/JPN/dd du 09 février 2022, vous avez déclaré avoir saisi votre collègue, le ministre chargé du programme «Xëyu ndaw yi», afin qu’il puisse apporter des réponses relatives à nos préoccupations soulevées sur ledit programme, mais depuis cette date également, nous n’avons reçu aucune réponse de vous malgré nos lettres de rappel envoyées à cet effet. Nous dénonçons cette attitude. Nous n’avons reçu aucune preuve pouvant attester que nos dossiers de demande d’emploi ont été transmis au ministre en charge de l’Emploi, encore moins la moindre information sur la période à partir de laquelle notre enrôlement dans le programme de recrutement sera effectif.»

Les travailleurs prestataires de l’hydraulique expliquent que «depuis très longtemps, le ministre Serigne Mbaye Thiam a choisi d’engager un bras de fer avec notre collectif. Pire, on remarque de sa part, un manque total de volonté». Ils rappellent que «depuis le 19 janvier 2021, le président de la République, Macky Sall, a donné des instructions pour que le dossier des travailleurs prestataires de l’hydraulique soit réglé définitivement». Mais, se désolent-ils, «le ministre Serigne Mbaye Thiam continue toujours de faire la sourde oreille».